Accueil du site > TEDx > ALIOS ! La biennale d’art contemporain nature / HYPERMuralité

ALIOS ! La biennale d’art contemporain nature / HYPERMuralité

22 septembre > 1er octobre 2017 La Teste de Buch

ALIOS ! La biennale d’art contemporain nature
22 septembre > 1er octobre 2017 La Teste de Buch
Le 6B, La cabane Le Piou, La Centrale, Le Franklin, La Source

Commissariat > Christian Pallatier

HYPERMuralité > Taysir Batniji, Rosa Bonheur, Philippe Cazal, Nicolas Desverronnières, Mourir Fatmi, Raymond Hains, Alfredo Jaar, Lek & Sowat, Erwan Keruzoré, Olivier Kosta-Théfaine, Aude Moreau, Martin d’Orgeval, Emma Picard, Philippe Ramette, Jean-Pierre Raynaud, Hervé di Rosa, Nicolas Rubinstein, Laure Tixier, Jacques Villeglé + Miniaturesque by Slinkachu (production CAUE74)

ALIOS ! La biennale d’art contemporain nature regroupe des œuvres et des démarches engagées contre les murs qui séparent et pour les murs qui unissent, pour les murs qui défendent des valeurs universelles plutôt que pour ceux qui les mettent à bas. Dispersée dans cinq lieux (Le Franklin, La Cabane Le Piou, La Centrale, Le 6B, La Source), l’exposition HYPERMuralité est consacrée à l’espoir et à la destruction, au retour de la morale. Sur le Mur de l’Atlantique, La Teste de Buch dispose du plus important site de blockhaus immergés d’Europe, protégé pour la diversité de sa faune et de sa flore.

L’exposition HYPERMuralité constate naturellement la multiplication des murs de séparation dans le monde et interroge le concept anglo-saxon d’hypermoralité, c’est-à-dire la résurgence d’une inquiétude généralisée amenant des groupes d’individus, de plus en plus nombreux, à éprouver une haine pensée comme "juste". On peut y voir une attitude intellectuelle alarmante globale, stigmatisée avec force lors de la Documenta 14, par son commissaire Adam Szymczyk. L’exposition souhaite enfin questionner l’avènement du Street Art comme mouvement héritier du Muralisme, courant artistique né dans les années 20, parallèlement à l’émergence sur la scène internationale de l’URSS.

Le vendredi 22 septembre pour le lancement de la Biennale, 12 danseurs de l’Opéra National de Bordeaux ont repris 2 extraits de Minus 16, ballet du chorégraphe et danseur Ohad Naharin présenté à l’ONB en avril dernier. Jérémie Neveu âgé de 20 ans, plus jeune danseur de l’ONB, était en charge de cet évènement. Aux platines pour le Warm-up, DJ Freddy-JAY, ancien résident du Pacha Ischgl en Autriche.

Extrait de la lettre adressée par Jérémie Neveu à Ohad Naharin :

" Ce projet sera à la fois une expression artistique visant à toucher la sensibilité des spectateurs, mais également une manifestation engagée menant à une réflexion autour du thème du mur et ses rapports aux Hommes, à la société et à l’art. À travers trois manifestations dansées, nous illustrerons les thèmes du mur qui sépare et divise, la destruction du mur qui engendre la création et l’art, puis l’envie de franchir le mur et les interdits...

Terminer par les extraits de "Minus 16" que j’évoquais plus haut serait un message fort. En effet, en allant à la rencontre du public, les danseurs franchissent le quatrième mur, celui qui les séparent des spectateurs lorsqu’ils dansent ; ils ne feront pas que détruire la barrière qui sépare la réalité du spectacle vivant, ils uniront ces deux espaces, les réconcilieront pour n’en former qu’un. Ils passeront au-delà des frontières.

Pour finir, l’extrait des chaises. Au-delà de la force viscérale exprimée par cette danse, ce sont les messages de réconciliation et de liberté auxquels elle fait écho qui motive mon désir de clore l’intervention ainsi. En effet, l’extrait célèbre la liberté individuelle et l’ouverture vers autrui par la chorégraphie d’abord, où l’on s’abandonne totalement à soi-même et à ses sensations, et par Le chant "Echad Mi Yoda", traditionnellement chanté pendant la fête religieuse "Passover" en l’honneur de la libération des juifs.

On comprend bien que la danse est un moyen d’union et d’alliance entre ce que les frontières, quelles qu’elles soient, semblent diviser à première vue. Les règles et les dogmes de la religion illustrés par le chant en hébreux cohabitent ici avec l’obscénité du costume et du déshabillement. Les oppositions ne sont plus divisées, mais rassemblées. Les danseurs, la chorégraphie et plus largement l’œuvre en elle-même, deviennent tous des médiateurs ; terminer par l’extrait des chaises, c’est montrer que l’homme peut être un acteur de paix et de réconciliation et non de destruction."

Vidéo de la biennale / Réalisation Hubert de Castelbajac

Echad Mi Yodea by Ohad Naharin performed by Batsheva / the Young Ensemble

Lek & Sowat / The Monolith / Production Alios 2017

English

Contact

127, boulevard de Ménilmontant - 75011 PARIS
16, place du Palais - 33000 BORDEAUX info@connaissancedelart.com
Tel : 09.67.09.27.65

Dernière news

PRENEZ L’ART / L’art en mouvement dans vos bibliothèques

du 28/09/2017

6 sept.-9 déc. 2017

> Lire la suite

Site réalisé par Moon Websites (Agence web Paris)